Pour le plaisir ♫

Premier billet pour ce blog, je démarre fort, puisque j’ai décidé de vous parler de sexualité, et plus précisément de pénétration – ou devrais-je dire de non-pénétration ? – avec ce que j’ai lu dans le cadre du Feminibooks : cet essai de Martin Page, auteur de romans jeunesse (je vous renvoie à ma chronique de Plus tard je serai moi) ou encore d’ouvrages documentaires comme Les animaux ne sont pas comestibles, que je n’ai personnellement pas lu, ayant décidé, depuis plus de trois ans, de me passer définitivement de chair animale – ainsi que de tous les produits issus de leur exploitation –, mais là n’est pas le sujet.


La thématique du jour est – peut-être – encore plus controversée que le véganisme. En effet, quand il s’agit de repenser sa sexualité, nombreuses sont les personnes (notamment les hommes cisgenre hétéros) à refuser ne serait-ce que d’y penser. Pourtant, Martin Page a décidé de s’intéresser au sujet. Il a reçu des témoignages de différentes personnages, aimant ou non la pénétration, qui racontent leur manière de vivre les rapports sexuels.

Ce qui m’amène à dire que cet ouvrage est découpé en deux parties distinctes : la première où l’auteur fait un état des lieux de la situation. La seconde comporte les témoignages, mentionnés ci-dessus, pour la plupart anonymes. Si j’étais cynique, je dirais qu’il y a une troisième partie, et pas des moindres : les remerciements ! En effet, l’auteur s’étale sur plusieurs pages de remerciements. Ce qui n’est pas pour me déplaire, j’adore lire cela lorsque je termine un livre, et j’ai été servie !

« J’ai le sentiment qu’on pénètre pour cacher les sexes, ne pas les voir, comme si c’était une honte. C’est un aveuglement. On croit être libéré en pénétrant, en fait on se manque et on dissimule la sexualité. »

Pour en revenir à notre thématique, Martin Page explique pourquoi les hommes, femmes et personnes non-binaires devraient remettre en cause la pénétration, sans pour autant la décrier. Bien sûr, le but n’est pas d’avoir de nouvelles injonctions – ne pas pratiquer la pénétration –, mais de se laisser la possibilité de ne pas le faire, ou pas systématiquement. Remettre au centre le plaisir de l’autre, et le sien. Prendre vraiment en compte l’avis des femmes, qui n’ont pas toujours envie d’être pénétrées.

C’est un livre que nous pourrions qualifier d’essai, mais ce mot ne doit pas pour autant vous faire peur ou vous faire reculer. Il contient un peu plus de 150 pages, avec les remerciements, et le style d’écriture est totalement accessible, très parlé. De plus, pas mal de passages m’ont fait sourire, notamment grâce aux insultes recherchées employées çà et là par l’écrivain.

Cet ouvrage semble indispensable. J’aimerais que toutes les personnes le lisent : femmes, non-binaires et – surtout – les hommes (et plus particulièrement les hommes cisgenres) ! C’est peut-être le livre qui pourra vous faire repenser totalement votre manière de voir le monde, un moyen de prendre conscience que la sexualité, elle aussi, est politique, bien que cela se passe dans un cadre privé.

« Ils disent qu’ils font l’amour mais en fait ils se masturbent dans le corps des femmes. »

Il est temps que nous écoutons nos propres désirs, mais aussi ceux des personnes avec qui nous avons des rapports sexuels. Il est peut-être enfin temps que les hommes écoutent les femmes, cessent de prendre toute la place et repensent leurs actions, ce qui passe également par une réflexion sur sa propre sexualité et intimité.  

Au-delà de la pénétration, de Martin Page. Publié aux éditions Le Nouvel Attila, 152 pages.

7 commentaires sur “Pour le plaisir ♫

Ajouter un commentaire

  1. Tout d’abord, je tiens à te féliciter pour ce premier article !
    Je me joins à ton avis concernant ce livre qui laisse une empreinte patiente sur chacun.e des lecteur.rices. A mon sens, en plus de le proposer aux femmes et hommes hétéros, cis, il conviendrait de le mettre entre les mains des adolescent.es, et les déposer au sein des établissements scolaires : les jeunes (et tout le monde à présent) sont formatés par les discours véhiculés par différents médias -séries, clips vidéo, musique, cinéma…etc-, discours bien évidemment très normés, occidentalisés, lissés, patriarcalisés (ça se dit, ça…?). Il est primordial de leur prouver qu’il existe autre chose qu’une bonne baise (avec pénétration, sinon on fait pas l’amour hein !) dans un lit propre, sans draps froissés ni tâchés et sans papier toilette pour essuyer le tout.
    Merci pour ce bel article, longue vie à ton blog.

    Aimé par 1 personne

    1. C’est vrai ! Je n’ai pas songé à le préciser, mais il est primordial que les adolescent·e·s puissent y avoir accès. C’est en éduquant les plus jeunes sur toutes ces thématiques que la société pourra changer et que tout le monde pourra être plus heureux·euse et serein·e dans sa sexualité !

      Merci d’avoir souligné cet oubli ! Et de m’avoir poussée et aidée à commencer ce nouveau blog !

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :